Affichage des articles dont le libellé est rédaction. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est rédaction. Afficher tous les articles

dimanche 29 novembre 2015

Terminus

Je ne parviens plus à écrire. L'époque pendant laquelle fleurissaient les billets, presque quotidiennement, sur mes blogs est désormais révolue. Je ne crois pas qu'une telle période puisse un jour revenir. Pourtant, je n'ai pas le sentiment d'avoir atteint le terminus. Si je ne retrouve pas l'élan nécessaire pour rédiger de petits textes, c'est parce que le vieux véhicule, qui me conduisait lentement mais sûrement d'un billet vers l'autre, est tombé en panne. Privé de moyen de transport, je traîne les pieds dans la poussière ocre du bas-côté, comme je le fais ce soir, sans avancer vraiment. Et, ce n'est pas dans les semaines à venir que je ferai l'acquisition d'un nouveau véhicule. Je peux d'ores et déjà imaginer que, concernant l'année 2015, Horizon ne comptera pas plus d'une quinzaine de publications. Décembre ne changera rien à çà...

samedi 27 juin 2015

Sans Horizon

Je n'ai plus d'Horizon. Je ne peux plus l'apercevoir, ni même l'entrevoir de façon fugitive. Je reste assis, ici, en plein brouillard, désorienté. Depuis quelques jours, régulièrement, j'ouvre et je referme presque aussitôt ce blog. Je ne parviens pas à prendre de décision. Je ne sais pas si j'abandonne ou si je fais disparaître cette publication, ou, au contraire, si je reprendrais bientôt, péniblement, la rédaction de nouveau billets, afin de donner un nouvel élan à Horizon. Horizon a vu le jour en 2009, presque par hasard et sous un autre nom : Notesu. Pour plusieurs raisons, 2009 reste une année remarquable dans le cours de mon existence, car une nouvelle période se dessinait alors pour moi. D’abord, parce qu'avec l'aide de la médecine, je m'autorisais, cette année là, à verser une louche de rab dans cours de ma destinée. Mais, pour des raisons toutes aussi importantes, 2009 ouvrait vers un nouvel avenir. Cette période est désormais terminée, et ce blog, si je ne le fais pas disparaître, en témoignera. L'Horizon, vers lequel mon regard était toujours tourné, a donc aujourd'hui disparu. Il n'existe plus. C'est cette situation qui me met dans l'indécision et qui fait que je ne peux rien dire, rien savoir, pour l'instant, sur le devenir de cette publication. Horizon deviendra-t-elle un champ de ruines ? C'est possible. La végétation va-t-elle repousser sur ces ruines ? Et, de petits animaux vont-t-ils reprendre possession de ce territoire ? C'est possible, aussi. Je ne le sais pas.

samedi 2 mai 2015

À l'Ombre

Une note pour signaler la publication de « À l'Ombre du Grand Sycomore », soit une série de 7 textes écrits en une semaine, peu de temps après la perte de connexion du PC avec l'Internet. J'avais presque oublié l'existence de ces textes et j'ai hésité avant de les mettre en ligne. Ils ne sont pas bons et seul « Allô — Nabilla, c'est qui ça ? » mérite à peine d'être lu. Je n'ai d'ailleurs pas pris le temps de les relire attentivement, j'y penserai peut-être un de ces jours. Je me contente, aujourd'hui, de faire savoir publiquement, c'est-à-dire d'apprendre aux deux ou trois personnes susceptibles de lire ce billet, que j'ai passé successivement plusieurs jours à écrire, au cours du mois de novembre 2014. Mais, en réalité, ce que je note, ici, en ce moment, me permettra surtout de me souvenir, le jour où je relirai ce billet, que traînent sur le Web des textes insignifiants et lourdingues qui auraient dû rester dans les archives, dans les profondeurs du disque dur de ma machine. Tout ce que vous publierez sur le Web pourra être retenu contre vous... Mise en garde de mon conseiller juridique.

jeudi 20 novembre 2014

Gazette

Bientôt, ce ne sera plus Horizon qui fera office de gazette en annonçant les dernières publications sur mes autres blogs, mais ce sera Ello qui tiendra ce rôle. Le seul problème, pour le moment, c'est que personne ne s'intéresse à ce que je mets en lignes sur Ello : je n'ai aucun follower. Cela ne me dérange pas vraiment, car je n'en ai pas plus pour Horizon sur lequel je poste régulièrement, sans être découragé de ne pas être lu ou si peu. Ce que je regrette, c'est de ne pas trouver d'emploi à C. 205 qui, d'un point de vue esthétique, est le blog que je préfère. Je n'arrive toujours pas à dessiner une ligne éditoriale pour l'alimenter. J'ai beau me creuser la tête, je ne sais pas quoi en faire. Je demanderai conseil à mes animaux.

mercredi 12 novembre 2014

Écrire

Je m'apprêtais à écrire un billet pour signaler les dernières photographies publiées sur différents blogs, mais je commence à en avoir marre de faire de l'autopromotion pour mes images, bien que cela me donne l'occasion de rédiger pour Horizon. Car sans publications à signaler, ici, je n'ai rien de particulier à écrire. Je me demande ce qui se passe dans la tête d'un graphomane pour qu'un individu atteint d'une telle pathologie puisse passer son temps à remplir des pages et des pages. Il faudra que je me penche sur cette question, que je cherche pourquoi, comment un type tel que Marcel pouvait rester des heures au lit à ne faire rien d'autre que de noircir, un stylo à la main, les pages d'un cahier de brouillon. C'est sûr, sous le toit de sa baraque, ce malade comptait sur Céleste. Elle s'occupait de tout le reste. Alors que Schnoo refuse de jouer le rôle de bonne à tout faire. Sans parler de Pat et de Saki qui sont persuadés que c'est moi qui suis à leur service. Ils pensent que c'est eux qui doivent passer la plupart du temps sur le lit, même s'ils ne souffrent pas de graphomanie. C'est probablement pour cette raison que je ne sombrerai jamais dans une telle folie. Mes animaux me préservent de ce type de délire. Écrire, même un petit billet comme celui-là, restera pour moi l'aboutissement d'un terrible effort de volonté, un acte fondé sur la violence faite à mon magnifique cerveau, histoire de le contraindre à faire quelque chose de mes dix doigts et d'acquérir ainsi l'humilité d'un travailleur manuel. Écrire pour affaiblir l'orgueil cérébral.

samedi 1 novembre 2014

Billet phatique

J'ai encore moins à dire qu'hier, je n'ai même pas la possibilité de dresser un simulacre de bilan, mais je dois tout de même inscrire quelques mots, car il me faut une amorce, en ce début de mois, pour me faciliter la publication de futurs billets. Je vais parler du temps, de la météorologie, soit le sujet favori des gens qui n'ont rien à dire. En communication, on appelle ce genre de propos : conversation phatique. C'est utile pour masquer l'embarra dans lequel on se trouve, quand on se sent obligé de parler, bien qu'on ait la tête vide, ou la tête ailleurs, et même pas de tête du tout. Mais, comme je n'ai, en réalité, aucune envie de parler du temps, sinon pour dire que j'ai allumé les radiateurs, dans la nuit, pour le plus grand bonheur de mes animaux, je me contenterai de coller le dernier relevé de Weather Underground : Temperature: 16°C | Humidity: 88% | Pressure: 1023hPa (Steady) | Conditions: Overcast | Wind Direction: NNE | Wind Speed: 9km/h. Voilà, c'est fait ! Et, ça me laisse dorénavant du temps pour me remplir la tête et penser au prochain véritable billet.

jeudi 30 octobre 2014

# 200

Je pourrais attendre demain, dernier jour d'octobre, pour publier le 200e billet de l'année en cours, car, symboliquement, cette coïncidence marquerait peut-être encore plus profondément les esprits. Mais, si, par inadvertance, j'oubliais de respirer dans la nuit, jamais la barre des 200 billets ne serait atteinte sur Horizon. Alors, autant le faire ce soir, c'est plus sûr. Depuis que j'alimente des blogs, c'est la première fois que je publie autant sur une période de 10 mois. Mes animaux, qui m'observent en train d'écrire, sont impatients de me voir presser le bouton "Publish". Ils ont préparé une petite collation faite de gibier, de poisson, de croquettes, et de différentes sortes de petits pâtés pour fêter l’événement. Schnoo s'en va dresser la table. Je ne vais donc pas faire patienter plus longtemps mes animaux si prévenants. Je publie immédiatement !

samedi 18 octobre 2014

Autosatisfaction

Je ne me fais pas trop de soucis, car je sais qu'après celui-ci, il me restera plus que cinq billets à mettre en ligne, sur ce blog, pour atteindre la barre des 200 posts. J'ai déjà battu le record établi l'année dernière en publiant, déjà, plus de 180 posts dans l'année en cours. Aussi, je me repose sur mes lauriers. Je peux dorénavant laisser passer plusieurs jours en ne publiant rien sur Horizon et sans que cela ne me pose le moindre problème. Je reste dans le registre de l'autosatisfaction pour signaler un véritable exploit : 6546 signes dactylographiés en un seul jet, pour produire « Il faut savoir écrire », un texte publié hier sur Traverses. Traverses, ce blog laissé à l'abandon pendant plus de 15 mois, sans raison valable. L'automne s'installe lentement, mais sûrement, dans la région de Montmerdier et les oiseaux migrateurs commencent à se rassembler pour descendre plus au Sud. Mentalement, mes animaux et moi, nous nous préparons à affronter l'hiver qui ne tardera pas. Ce week-end est placé sous le signe du début des vacances scolaires, ce qui n'est pas sans nous réjouir, puisque, pendant les deux semaines à venir, la pression démographique au km² va sensiblement diminuer dans le secteur environnant. Donc, moins de braillards alcoolisés à supporter. La zone commence à devenir nettement plus vivable.

mardi 7 octobre 2014

Régime

Il a encore plu, dans la nuit, sur Montmerdier. Il parait que certains ont les pieds mouillés. Les climatoaddicts se déchaînent et veulent tout savoir de ce bouleversant phénomène. Horizon n'avance pas. Ce blog et en panne comme presque tous mes autres blogs. Ma contribution aux publications sensées enrichir le Web se fait de plus en plus maigre. Il va falloir s'y résigner parce que je ne prévois pas d'améliorations dans les jours à venir.

mardi 30 septembre 2014

Réflexions

Message sur FB à l'intention de Marie qui considère sa peinture et le chant, qu'elle pratique régulièrement, comme des passes-temps : « Si l'écriture, les collages et la photographie sont pour moi aussi des passes-temps au sens où je n'en tire aucun profit économique, ce n'en sont pourtant pas réellement : parce que ce sont des vecteurs, des outils qui me permettent d'aller toujours plus en avant dans l'exploration de mon propre devenir et c'est aussi une façon de découvrir le monde par réflexivité, en miroir. Donc, la possibilité de passer facilement de l'autre côté de ce miroir, d'examiner l'envers du décor, en quelque sorte. Quand je chemine sur cette putain de planète, Marie, j'aime savoir où je pose mes pieds.»

mercredi 3 septembre 2014

Facebook

Dans ma cervelle bien faite avait germé l'idée qu'Horizon dépasserait les 200 publications en 2014, mais l'interruption dans la mise en ligne de billets successifs, pendant plus d'un mois, m'oblige à penser que ce nombre ne sera pas atteint. Bien entendu, cela ne peut pas réellement m'affecter et je ne compte pas redoubler d'efforts pour atteindre un objectif aussi dérisoire. Mais, quand même... Je me peux toujours me consoler en imaginant que je publierai plus de 180 billets, cette année, dépassant ainsi le record établi en 2013. Toujours ce réflexe du « dépassement » inoculé par cette maudite civilisation et dont il est presque impossible de se débarrasser. J'ai réactivé un compte ouvert en mai 2007 sur Facebook, mais gelé pendant plusieurs années, simplement pour le plaisir de retrouver les deux artistes Australiens dont j'étais, depuis trop longtemps, sans véritables nouvelles. La plate-forme de FB est toujours à l'image de la mentalité étriquée de son fondateur et donne encore plus l'impression d'enfermement que lorsque je l'avais quittée. Connecté sur FB, j'ai l'impression d'être assis dans une cage d'escalier mal éclairée, puant le renfermé et conduisant vers le troisième sous-sol d'un building délabré. Sensation à l'inverse de Google Plus qui me donne le sentiment de poster depuis la terrasse d'un solide bâtiment dominant la radieuse citée — mais surtout pas Montmerdier. Il a d'ailleurs fallu que j'explique à mes animaux pourquoi je recommençais à fréquenter Facebook, car ils s’inquiétaient au sujet de mon intégrité mentale. Ce sera tout pour le moment.

lundi 25 août 2014

Fin de pause

En jetant un coup d'oeil sur les archives, au pied de cette page, on pourrait penser que l'auteur d'Horizon était en vacances puisque le mois d’août ne contient qu'un seul billet, jusqu'à ce jour. Mais ce n'est pas le cas. Je ne prends jamais de vacances. Si je n'ai rien écrit pour Horizon, c'est... Non, je ne vais pas me lancer dans de fumeuses explications qui n'arriveraient à convaincre personne. Je laisse chacun libre d'inventer une ou des raisons, ou de ne rien inventer du tout, parce que c'est vraiment sans importance. Dans une semaine, août prendra fin et nous ne seront plus très loin de la fin de cet été, ce qui ne peut que me satisfaire, ainsi que mes animaux. Nous détestons l'été. Aussi, c'est avec une certaine impatience que j'attends l'automne, la saison que je préfère. En tout cas, si je n'ai rien publié dernièrement sur Horizon, j'ai tout de même mis en ligne quelques images au cours de ces deux dernières semaines. En particulier sur LLIDS, CNN, IIT, LJNSLPJ et Simulacres. Par contre, aucun texte, mise à part une note explicative pour C.205. Je n'ai donc presque rien écrit pour un blog depuis la mi-juillet. Je me suis contenté de lire d'excellents romans, allant même jusqu'à n'allumer mon PC qu'une dizaine de minutes par jour, pendant quelque temps. Considérer le blabla, qui précède, comme une sorte d'échauffement pour les nombreux textes à venir.

mercredi 11 juin 2014

Modification

Après en avoir parlé, ce matin, avec mes animaux, j'ai légèrement modifié ma devise : « Remets à après-demain ce que tu aurais déjà pu faire hier, et même avant-hier. » Ça me laissera une liberté de manoeuvre un peu plus importante. La liberté, c'est essentiel pour un écrivain, surtout s'il s'est mis en tête de faire des billets d'un niveau littéraire exigeant.

mardi 10 juin 2014

Ma devise

« Pense à remettre à demain tout ce que tu pourrais faire aujourd'hui », telle est ma nouvelle devise. J'aurai pu, par exemple, écrire un billet pour Horizon, aujourd'hui même, mais je m'en suis tenu à ce précepte. J'écrirai demain... Peut-être.

samedi 7 juin 2014

Poésie exigeante

Si les lecteurs de Noyau Fondamental pouvaient nourrir quelques doutes quant à ma qualité d'écrivain dans le domaine de la poésie exigeante, avec Soyouz, le dernier billet, ces réticences doivent être désormais complètement balayées. En tout cas, mes animaux ont adoré.

De bonne heure


Je ne vais pas vérifier l'heure de publication des 656 billets précédents pour savoir s'il m'est déjà arrivé de publier à cette heure-ci, ou même avant, dans la matinée, car ça me semble inutile, étant donné que je suis presque certain de n'avoir jamais mis en ligne un billet aussi tôt dans la journée. C'est d'ailleurs, le seul but visé par la rédaction de ce texte : écrire, alors que le soleil de juin est en train de se lever, rédiger le plus matinal de tous les billets publiés jusqu'à présent sur Horizon. Voilà, c'est fait !

mardi 3 juin 2014

Devoir quotidien

Mises à part des photos publiées sur un blog inaccessible au public, je n'ai rien publié de toute la journée. Cela est assez rare, parce que je ne considère mon devoir quotidien accompli que lorsque j'ai mis publiquement en ligne un texte ou une image, parfois un MP3. C'est donc ce billet qui me sauvera la mise et me permettra de dormir la conscience en paix.

mardi 27 mai 2014

Performances

Malgré le souhait d'écrire un billet plus intéressant que le précédent, je ne pense pas me surpasser en rédigeant celui-ci, car je vais rester dans le domaine des statistiques qui m'ont préoccupé ces derniers jours. Voilà, avec cette publication et 4 jours d'avance, je remplis l'objectif fixé le vendredi 23, puisque c'est le 94e billet depuis le début de l'année. C'est aussi un nouveau record de publication mensuelle, étant donné que ce billet est le 42e mis en ligne depuis le début du mois. Le précédent record, dans cette catégorie, remonte à juillet 2009, avec 37 billets. Je sais que tout ça représente une comptabilité stupide, liée à l'imaginaire catastrophique de la performance. Je devrais y échapper et pourtant... Pire, je caresse déjà l'idée de dépasser les 180 publications de 2013, d'ici la fin de l'année. C'est lamentable ! En découvrant ce qui germe, en ce moment, dans ma tête, mes animaux sont atterrés. Ils vont tout faire pour m'en dissuader.

lundi 26 mai 2014

Communication

En langage naturel, il est presque muet. Il ne s'exprime, un moment, qu'une seule fois par mois, au téléphone. Il ne parle plus véritablement qu'avec ses animaux. Ensemble, ils conversent, discutent, plaisantent, chantent et défont quotidiennement le monde sur un mode bien plus vivant, beaucoup plus chaleureux qu'ils ne pourraient le faire dans le langage articulé de l'animal désastreux. Sinon, pour communiquer régulièrement dans sa langue première, il s'en tient à l'écrit : il rédige des billets pour son blog. Il doit en écrire encore cinq avant la fin du mois. Cinq en cinq jours.

dimanche 25 mai 2014

Obsession

Il me reste encore 6 jours pour publier 7 billets. Je ne sais pas pourquoi, j'ai l'impression que je ne vais pas pouvoir y arriver. De plus, ce décompte est presque devenu une obsession. Aussi, j'envisage de ne pas tarder à me débarrasser de cette affaire en écrivant ces 5 billets dans les heures qui suivent. Ainsi, je n'aurai plus à y penser.

Libellés

#100 #1300 #200 #2000 #260 #300 #400 #600 #700 1917 1936 1978 2002 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 205 56 A/H1N1 accident aeres afrique amazon anthropologie antidote antigone arbre architecture arpenteurs célestes art artdoxa atlantique atmosphère australie automne baudrillard behance blake blog blogger bricolage burroughs bwc c.205 café calédonie camel camion canada canon capricorne caseasauria casino cat caucase challenge chance chasse chien ciel cigale cinéma cioran citation civilisation climat clôture électrique cloud cnn cognition collage collines communication concombre cosmos craven crise dayttroter dieu doxa dragon drogues e-books écumes eikasia ello enfer epub espagne été ethnie éthologie ethos étudiants euskadi existence facebook fb fête film firefox flamenco fleurs flickr fonts france free friendfeed geek godot google groutcha gtk 751 guerre hasard heccéité histoire hiver honda horaire horizon horoscope houellebecq HP html humeur hupomnêmata iit illusions illustration immatriculation incendie insecte internet isabelle islam jardiniers jaune jazz jean jihâd journalisme jux karaté kerouac lecture liberté lifelogger limace linguistique littérature ljnslpj llids loto lune magie maroc mauriac mayura me quem luna solet deducere médias memolane ménage mikkado minox montpellier mort moustiques mp3 mqlsd mural music musil mythe neige nietzsche nikon nirvana no milk today nouméa nouvelle-calédonie noyau fondamental objects oiseau opération orage pageviews palavas pâques passage pat paysage peinture philosophie photographie photoshop pigeon pinterest pixia pizza plante pmc poésie politique pont portrait posterous printemps prison profession projet proust psychanalyse psychologie qmv racines radio ramadan reader rédaction réel religion rêves riemen rita rome rouge route russe saki scène sch 2009 schikoto schnoo schopenhauer schwartz scoop.it semaine septembre sexe shuttle sieste simulacres skyline slideshow sloterdijk sncf software somewhere songlines sonic sony soustractions souvenirs spectator sport statistiques suburbia supermarché sycomore symboles synapsida technologie température template temps tommy toshiba trainspotting travail traverses ttttl tumblr twitter uk unamuno université urbanisme usa vacances vinyle vladimir voisins voyage vue des anges vw winston yahoo youtube zarathoustra zéro zizek zorro