samedi 24 décembre 2011

Tempéraments


Une belle journée, bien ensoleillée, bien calme, parfaite pour peaufiner l'Art de la Sieste. Mes animaux sereins, BBL plongée dans ses articles, j'en ai profité pour entamer Tempéraments philosophiques de Peter Sloterdijk, commandé sur Amazon, il y a deux jours — un tout petit livre de 156 pages.

vendredi 23 décembre 2011

Time Lines


Il va falloir que je m'absente pendant quelques jours — je pars au Pays Basque, dimanche prochain —. Sachant cela, Pat m'a proposé de me remplacer en tant que rédacteur de blogs. Comme je suis persuadé que le Roi de mes animaux fera un meilleur rédacteur que moi, je n'ai pas hésité une seconde et j'ai accepté sa proposition en le remerciant chaleureusement. Je lui ai demandé s'il pensait aussi alimenter les réseaux sociaux, tels que Twitter ou Google+, mais Pat m'a répondu qu'il n'en avait pas l'intention, que les réseaux sociaux n'avaient, à ses yeux, que très peu d'intérêts, qu'il voyait ça comme un vulgaire passe-temps, et qu'il ne fallait donc pas que je compte sur lui pour entretenir mes time lines pendant mon absence. Pat pense que c'est le genre de choses que je pourrai confier à Schnoo ou même à Saki. Mais, si je suis sûr que Schnoo s'en sortirait très bien, j'hésite beaucoup à déléguer cette tâche au petit Saki. Celui-ci met tant d'acharnement à détruire l'appartement que j'ai de fortes craintes quant à sa façon de gérer mes comptes Twitter, par exemple. J'imagine avec quel enthousiasme il saboterait les réseaux, si je lui en permettais l'accès. Je crois, qu'en cette fin d'année, Google+ et Twitter vont rester à l'abandon, car Schnoo vient de me faire savoir qu'elle n'avait pas vraiment envie de perdre son temps avec de telles futilités, qu'elle partageait l'avis de Pat à ce sujet. Je n'ose pas demander à BBL de s'en charger : elle a suffisamment de travail en ce moment, et, surtout, je sais qu'elle, non plus, n'apprécie pas beaucoup les réseaux sociaux. Et, comme dans le fond, je suis d'accord avec BBL et mes animaux — je pense aussi que cette activité n'est pas très enrichissante — je ne vais pas me faire de soucis pour si peu. D'autant plus que je considère 2011 comme une assez mauvaise année au regard de ce que j'ai pu produire et afficher sur le Web, particulièrement au cours du second semestre. Il est temps pour moi de faire un break dans ce domaine !

Petit Déjeuner

Saki attend le troisième service du petit déjeuner avec impatience.

jeudi 22 décembre 2011

Température : 18° C

Nous sommes donc en hiver depuis ce matin. Pourtant, les conditions climatiques de la journée ne correspondent pas aux stéréotypes associés généralement à cette saison. A 03:00 PM, Weather Underground affichait le bulletin suivant : Temperature: 18°C | Humidity: 40% | Pressure: 1024hPa (Steady) | Conditions: Clear | Wind Direction: NNW | Wind Speed: 24km/h. Alors qu'il venait de faire un tour sur le balcon, j'ai entendu Pat, en conversation avec Schnoo, soupirer : "Ya plus de saison, ma bonne dame !". Saki s'est mis de la partie, en posant mille questions. Mes animaux ont débattu un petit moment au sujet du réchauffement climatique, mais sans grande conviction. Aucun des trois n'aime la pluie, ni la neige, ni le vent, ni le froid. Aussi, si l'atmosphère terrestre se réchauffe... Quant à BBL, c'est le genre de choses qui lui passe largement au-dessus de la tête. Elle a suffisamment d'autres sujets d’inquiétude, pour l'instant. Elle n'a pas prêté attention au débat. Comme sur cette affaire climatique, je n'ai pas d'opinion bien arrêtée, j'ai laissé mes animaux discuter sans intervenir, mais en pensant qu'il me faudrait rédiger, ce soir, pour Horizon, le 100e billet de l'année. Voilà, c'est fait !

mercredi 21 décembre 2011

Tout va bien

BBL est rentrée d'Angers, sans encombres. Son TGV n'avait que 20 minutes de retard : un exploit exceptionnel pour les trimards de la SNCF, ces vaillants forçats du rail. Nous sommes donc tous les cinq ensemble, en train de vivre les dernières heures de l'automne 2011. Demain matin, à partir de 05:30 AM UTC, nous franchirons les portes de l'hiver. Mais, ça ne nous fait pas peur. Le 205 est bien chauffé. Depuis quelques jours, mes animaux ont presque renoncé à faire des allers et venues entre l'intérieur de l'appartement et le balcon. La période d'hivernation débute sous les meilleurs auspices. Le frigo est plein. Les petits pâtés et les sacs de croquettes sont stockés en abondance. La majeure partie du voisinage est en vacances. Les journées se déroulent dans la plus grande sérénité. Tout va bien.

mardi 13 décembre 2011

Civilisation

Pris, dans l'après-midi, d'une bouffée imprévisible de graphomanie aiguë, j'ai rédigé un billet pour SCH 2009. Ce blog en avait bien besoin, le dernier post datait du 2 juillet de cette année. Voilà, je suis calmé. Je n'ai plus à redouter ce type de crise dans un proche avenir. Enfin, je l'espère, parce qu'aligner, sans discontinuité, quelque chose comme 3540 signes, titre non-compris, est une aventure qui ne peut se répéter trop souvent. J'aurai alors l'impression de souffrir du mal si commun qui ronge inexorablement les bloggers, ceux qui se prennent pour des écrivains, ravageant le Web à coups de publications compulsivement répétées, histoire de se maintenir dans l'illusion d'être bientôt appelés à faire un beau discours lors du banquet annuel que donne l’Académie suédoise. Heureusement, tous n'ont pas cette ambition, et ne rêvent que d'un modeste prix Goncourt, sans penser vraiment que les pages de leurs blogs seront un jour réunies par les Éditions de la Pléiade. Malheureusement, la bloggosphere francophone est bien trop exiguë pour qu'il soit possible de ne pas manquer de perdre son équilibre mental, à un moment ou un autre, en glissant sur les feuilles électroniques de l'un de ces obsédés du verbe. Pire, la création assez récente de maisons d'éditions de livres numériques a exacerbé les délires des graphomanes en leur promettant de monnayer les sommes de stupidités qu'ils sont capables d'aligner sur des centaines de pages. Les plus timides d'entre eux n'y résistent plus et redoublent d'efforts, courbés en deux, dangereusement penchés sur les claviers, pour se faire remarquer. Quand je pense que cette civilisation est si fière de ses progrès technologiques qui ont fait naître le TGV et le Minitel, ivre de bonheur quand miroitent sous ses yeux les signes de sa sublime Culture, prête à reléguer au rang de sauvage un homme pour qui le nom de Frédéric Beigbeder ou Amélie Nothomb ou encore Amélie Poulain ne dirait absolument rien. Bon, j'arrête ici, parce que Pat, qui suis d'un oeil ce que je suis en train d'écrire, à la simple évocation du terme "civilisation", est à deux griffes de gerber ses croquettes...

lundi 12 décembre 2011

Saki le Chasseur

J'avais bien entendu la porte-fenêtre de la chambre claquer. Je pensai alors que Saki n'avait fait que se ruer contre les vitres, ainsi qu'il le fait habituellement en voyant les pigeons se poser sur le balcon. Comme, j'étais en train d'écrire pour SCH 2009, je n'ai pas pris la peine d'aller calmer mon jeune animal, ni d'aller examiner l'état des rideaux, puisqu'ils n'ont maintenant de rideaux que le nom, et sont plus proches de ce qu'il faudrait définir comme des lambeaux de tissu plutôt que de rideaux véritables. Absorbé par mon texte, je n'y faisais plus attention, pensant que Saki finirait par se calmer de lui-même. Ainsi, je me replongeai dans la rédaction du billet, le regard fixé sur l'écran du PC. Jusqu'à ce que je lève distraitement les yeux au-dessus de l'écran pour soudainement entrevoir, face à la fenêtre du salon, en ombre chinoise, une sorte de gros écureuil courir frénétiquement sur la rambarde du balcon. Réalisant immédiatement qu'il s'agissait de Saki, et non pas d'un gros rongeur égaré au quatrième étage du bâtiment, je suis très rapidement sorti par la porte-fenêtre de la cuisine pour le récupérer. Mais comme un pigeon se tenait encore devant la fenêtre de la chambre, Saki a sauté de la rambarde, où il se tenait encore en équilibre, sur le sol du balcon, afin de reprendre son élan pour se propulser d'un nouveau bond vers l'oiseau. C'est ce bond que j'ai intercepté en capturant, à la volée, l'intrépide chasseur que j'ai aussitôt ramené à l'intérieur de l'appartement. Les fenêtres bien refermées, j'ai relâché le fauve qui n'était vraiment pas content d'être de retour en cage. C'est Pat, lui qui avait suivi d'assez loin toute l'affaire, observant les péripéties de Saki d'un air légèrement réprobateur — Pat ne saute jamais sur les pigeons —, qui a fait les frais de cette mauvaise humeur et de l’excitation du vaillant chasseur. Saki, très fier de son exploit, voulait surtout que Pat l'applaudisse et le félicite chaleureusement en le serrant dans ses bras. Mais Pat à horreur de ce genres d'effusions. Alors, il a calmé, grâce à quelques coups de pattes bien appuyés sur le crâne de Saki, l'enthousiasme débordant de ce celui-ci. Tout est maintenant rentré dans l'ordre. Pat et Saki, remis de leurs émotions, se sont plongés dans la sieste rituelle des après-midis tranquilles. Quant à Schnoo, qui dormait déjà profondément lors de l'évasion de Saki sur le balcon, légèrement dérangée par toute cette agitation, n'a fait que changer de côté pour se rendormir contre l'accoudoir du canapé. Je vais remettre à bien plus tard la publication d'un billet sur SCH 2009 pour piquer, moi aussi, un petit somme, et cela par simple solidarité avec mes animaux.

dimanche 11 décembre 2011

Pat la Montagne

Les jours passent et se ressemblent. Il n'y a rien qui ressemble plus à un dimanche qu'un autre dimanche. Ce soir, c'est Pat qui a pris le relais de Saki : il pousse de petits cris de guerre en parcourant l'appartement. Ce qui est assez inhabituel, puisque Pat est plutôt du genre pacifique. Pacifique n'est peut-être pas le bon mot, car Schnoo et Saki ne le perçoivent pas sous les traits d'un sâdhu ayant fait allégeance à Shiva ou Vishnou. Pat a une personnalité assez autoritaire, heureusement, il n'a rien d'un incurable hippie, mais des traits de caractère qui le rapprocheraient un peu de la figure du Père de la Horde sauvage. Mais pas tout à fait quand même, car, ayant lu récemment Totem et Tabou, Pat craint maintenant de finir sous forme de tajine cuisiné par Saki et Schnoo. Il n'empêche qu'il aime qu'on le traite avec déférence, une notion que Saki n'a pas encore parfaitement assimilée. Ce qui fait que Pat maîtrise, du mieux qu'il le peut, ses émotions et ne se laisse aller que très rarement à des manifestations qui remettraient en cause l'image du Sage de la Montagne qu'il s'est patiemment forgé, peu de temps après l'arrivée de Saki, une image qu'il tient à conserver. D'où mon étonnement en remarquant que, ce soir, Pat se comportait un peu comme Saki, lorsque ce dernier annonce son départ en campagne, prêt à raser l'appartement, histoire de passer un bon moment tout en laissant libre cours à son vent de folie passagère. Mais Pat s'est rapidement repris. Le temps de rédiger ce billet, il avait retrouvé ses airs de majesté. Pat est la Montagne qui ne bouge jamais.

samedi 10 décembre 2011

Monotonie


Dans une semaine BBL sera de retour. Mes animaux sont impatients de la retrouver : les câlins et les friandises seront alors multipliés. Jamais BBL n'avait été aussi longtemps absente de la maison. Ce trimestre nous aura paru bien long et monotone. Heureusement que Saki, qui déborde d'énergie, nous a empêché de tomber dans l'apathie en semant régulièrement la panique. Ces moments fréquents sont annoncés par de petits cris stridents signifiant que Saki est sur le pied de guerre, que l'heure de la révolution a sonné. Ce qui est justement le cas à l'instant même. Il ne reste plus qu'à patienter, qu'à attendre l'armistice.

mardi 6 décembre 2011

Images et sons

Comme je suis assez satisfait des images publiées récemment sur le Web, j'ai poursuivi le travail de retouches et de publications. J'ai mis en ligne, dans l'après-midi trois nouvelles photos accompagnées de mp3 : Beautiful Day, My Blushing Grape et Maybeline. Ce qui me pose le plus de problèmes, parce que ça me prend pas mal de temps, c'est de sélectionner des mp3 dont la couleur musicale entre en résonance avec la tonalité des images. Je ne suis pas toujours sûr d'avoir fait le meilleur choix quant à la musique. Mais, pour le moment, je ne suis pas trop mécontent du résultat obtenu dans le montage son/image. Aussi, j'envisage de nouvelles et prochaines publications.

lundi 5 décembre 2011

Images

C'est quelque chose qui ne se produit pas souvent, mais qui m'arrive de temps en temps : fouiller les archives photographiques stockées sur le HDD du PC. Le premier décembre, j'ai remonté à la surface des photos que ma mémoire avait repoussées dans l'ombre opaque des souvenirs lointains. Comme certains de ces clichés n'ont jamais été publiés, j'ai pensé qu'il était peut-être intéressant de les mettre en lumière, c'est à dire de les afficher sur une page Web. C'est ce que j'ai fait pour deux images de la côte basque. Je ne sais plus à quelles époques correspondent ces photos, je n'ai pas pris la peine de lire les données EXIF inscrites sur les fichiers originaux. Mais ceci est sans importance. Parce que j'écoutais de la musique en retouchant ces photos, j'ai eu envie de les mettre en ligne ces images en y associant des mp3, comme il m'arrive de le faire sur des billets publiés sur Horizon. C'est ainsi que depuis jeudi dernier deux nouvelles pages flottent sur le Net : Looking for Summer et Lonely Last Summer. Enjoy !

samedi 3 décembre 2011

It's a boy!

C'est en début de semaine que le monde s'est renversé. Saki, le plus jeune de mes animaux, ce magnifique félin dont je parlais toujours au féminin, s'est révélé être un petit mâle. Quelque temps auparavant, le doute sur l'appartenance sexuelle de ce petit animal avait germé dans mon esprit, à cause de son comportement et parce qu'il me semblait bien trop solidement charpenté pour une femelle. Pourtant, je n'avais rien fait pour mettre fin à cette incertitude. Mais voilà, le doute n'est plus permis. Je me suis rendu à l'évidence. Saki est un mâle ! J'ai annoncé ça, par téléphone, à BBL. Une nouvelle qui ne lui a pas déplu. Nous nous sommes simplement demandés s'il ne fallait pas, dorénavant, rebaptiser Saki, en lui donnant un nom ayant une consonance un peu plus masculine. Mais rien ne presse. Aussi, nous avons laissé ça de côté, d'autant plus que Pat et Schnoo se moquent de nous, car pour eux cette confusion était absolument impossible. Pour Pat et Schnoo, il n'y a que les humains, ces quadrupèdes stupides, pour confondre un mâle et une femelle.

dimanche 27 novembre 2011

Une limace verte

Rien de spécial. L'hiver s'installe. Sous mes fenêtres, les arbres laissent entrevoir leur branches, maintenant, largement dénudées des feuilles roussies, recroquevillées et craquelées qui jonchent le sol du parc rectangulaire, petit arpent de verdure entre les bâtiments de la résidence. Je songe à détruire certains blogs sur lesquels je ne publie plus depuis longtemps. Je pense que les pages virtuelles devraient subir le sort des feuilles d'un chêne ou d'un platane. Mes animaux rallongent la durée des multiples siestes faites dans la journée. Je vis au même rythme qu'eux. BBL nous manque. Elle est à mille kilomètres d'ici. Elle ne sera de retour que dans trois semaines. Le temps semble s'être figé, sauf pour Saki qui, hormis les moments de sieste, déborde d'énergie et semble insensible aux variations climatiques. Mais pas toujours : Saki marque quelques fois des temps d'arrêt. Alors, tous les quatre, nous regardons approcher l'hiver, comme on peut suivre des yeux une limace verte et baveuse se faufiler dans l'herbe brune, tachetée, humide et froide d'un terrain vague s'étendant presque à perte de vue au milieu des ruines d'une zone industrielle.

mercredi 23 novembre 2011

Jour de deuil

Depuis deux ans, tu nous manques, ma G.

mardi 22 novembre 2011

Schnoo donne une fête


Mes animaux et moi, nous avons fêté le premier anniversaire de l'arrivée de Schnoo au 205. BBL regrette d'être absente et Schnoo regrette que BBL ne puisse participer à cette fête. Pâtés et friandises à volonté ! Schnoo s'est endormie, heureuse d'être si bien choyée.

lundi 14 novembre 2011

Saki, Jesus and Mary

Je savais bien qu'il me faudrait mettre un petit mot, aujourd'hui, sur Horizon. Mais, je ne savais plus pour quelle raison j'avais gardé cette idée en tête toute la journée, car je ne me rappelais plus de quoi il était question. C'est en revoyant une photo de Saki que j'ai su pourquoi je voulais écrire sur ce blog : cela fait, exactement, trois mois qu'elle s'est installée au 205. Voilà trois mois que BBL a ramené Saki dans ses bras, après avoir découvert ce petit fauve errant, affamé, sur le parking de la résidence. Pat et Schnoo ont eu un peu de mal à accepter la présence de Saki, qui, les premiers temps, a eu quelques difficultés à se plier aux codes et aux bonnes manières des chats civilisés.
Mais, avec le temps, les choses s'arrangent : les conflits sont de moins en moins fréquents. Aussi, mes animaux commencent à cohabiter de façon plus pacifique, ce qui me permet de vivre plus détendu, sans avoir à jouer la police vingt fois par jour. C'est peut-être la musique qui a adouci les moeurs de Saki. Elle aime particulièrement, The Jesus and Mary Chains. Ce soir encore, Saki m'a demandé de lui repasser Drop, pour fêter ces trois mois passés en famille.
These twisted times
Can’t compare to mine
And heaven knows where loving goes

vendredi 11 novembre 2011

11|11|11 Les soldats

Le onze est un de mes chiffres préférés. Nous sommes le 11|11|11, ce qui m'incite à écrire ces quelques mots, tout en pensant à ce jour d'armistice marquant la fin de la Grande Guerre. Une guerre dont mon grand-père paternel a été démobilisé, les poumons gazés. Une guerre dont le frère aîné de mon grand-père maternel est rentré, une jambe amputée. Une guerre dont mon arrière-grand-père maternel n'aura pas connu la fin, mort quelque part - je n'ai jamais su où - sur une ligne de front, en 1917.
Gloire aux ancêtres !

mercredi 9 novembre 2011

Stray Cat

Voilà un an que je n'ai pas revu Vladimir. C'est avec une certaine émotion que je me souviens de l'époque où je m'occupais régulièrement de lui, ainsi que de Schnoo — les deux survivants. Régulièrement, H. me donne des nouvelles de Vladimir. Mais ce sont toujours les mêmes : Vladimir n’apparaît qu'au moment des repas ; en dehors des heures de repas, H. ne le voit pas. Vladimir n'a jamais été un animal sociable. Si Pat ne lui accordait que très peu d'attention, Schnoo avait un peu de mal à supporter sa présence. Il y a un an, Vladimir était un petit sauvage. Aujourd'hui, il n'est toujours pas civilisé. Vladimir est un authentique stray cat.

jeudi 3 novembre 2011

Et les écluses des cieux s’ouvrirent

Météo France a placé trois départements en vigilance rouge ce jeudi en fin de journée, l'Hérault, l'Aveyron et la Lozère, en raison de forts risques d'inondations. Temperature: 17.8°C | Humidity: 92% | Pressure: 1001.2hPa (Falling) | Conditions: Light Rain | Wind Direction: SE | Wind Speed: 40.2km/h. En raison de ces conditions météorologiques, mes animaux refusent d'aller faire un tour sur le balcon. Pat, pour passer le temps, s'est mis en tête de raconter à Schnoo et Saki de grands contes mythologiques. Il a un faible pour les récits apocalyptiques. Je l'entends citer la Bible (Genèse 7:11) : « En ce jour-là se fendirent toutes les sources de l’immense abîme d’eau et les écluses des cieux s’ouvrirent. » Schnoo et Saki l'écoutent, médusées. Pat est très fier du succès remporté par ses histoires, fréquemment ponctuées d'éclairs et de coups de tonnerre. Il s'emporte, par moment, et son récit s'enflamme. Pat est un grand prédicateur !

mardi 1 novembre 2011

Ô Rage !

Quand, au mois de juillet, j'ai commencé à utiliser Google Plus, j'étais sur le point de laisser tomber Twitter que je fréquentais de moins en moins, à ma grande satisfaction. Jusqu'au début de l'automne, G+ n'a pas occupé une grande place dans mon quotidien et j'ai carrément abandonné Twitter. Mais, lorsque, vers la fin septembre ou au début du mois d'octobre, G+ a ouvert sa porte à tous les utilisateurs munis d'un compte Google, les flux sont devenus bien plus intéressants à suivre. Le nombre d'interactions avec d'autres membres de cette plate-forme a subitement grimpé en flèche. Actuellement, il ne se passe pas plus d'une heure sans que je ne sois irrésistiblement attiré par le défilement incessant de textes, d'images, de vidéos que peuvent poster les 1727 personnes inscrites dans mes cercles. Je n'ai plus qu'à me plaindre, comme je l'ai fait cent fois, sous prétexte que Twitter bouffait mon existence. De nouveau, je rêve d'une panne de connexion. Les orages, qui, aujourd'hui, sont passés dans le ciel au-dessus de Montmerdier, n'ont malheureusement pas exhaussé ce souhait. Demain... Peut-être...

La solitude

La solitude, pour les uns, c'est le refuge du malade ; 
pour d'autres, elle est un refuge à l'abri des malades.
Friedrich Nietzsche, Ainsi parlait Zarathoustra

dimanche 30 octobre 2011

Épreuve de patience


Pour mettre ma patience à l'épreuve, Dieu, dans sa bonté infinie, m'a fait don de Saki ! L’Éternel devait savoir que Saki est incapable, surtout à son âge, de comprendre clairement les annonces faites à la radio, telle que celle d'hier, en fin de soirée, rappelant aux fidèles auditeurs que, dans la nuit, les horaires passeraient en mode hivernal. Aussi, dès cinq heure [heure d'hiver], ce matin, Saki, sûrement persuadée qu'il était sept heure, sinon plus, a mis toute son énergie à réveiller la maison et peut-être même, par son enthousiasme débordant — elle vit ça pour la première fois —, tout le quartier. Quand je pense à la voix suave de la journaliste fière de déclarer que le bon peuple des travailleurs gagnerait, comme par magie, une heure de sommeil...

lundi 24 octobre 2011

Alerte Orange

Lundi soir et dans la nuit, les pluies se renforceront nettement sur le Languedoc en remontant vers les Cévennes en même temps qu'elles se généraliseront à l'ensemble du sud-est du pays. L'intensité de l'épisode sera ensuite maximale en seconde partie de nuit des Cévennes au nord Languedoc. Super !

Un combat solitaire

« La vraie libération de l’esprit ne peut venir d’aucune armée, si nombreuse et si combative soit-elle. L’individu doit y atteindre par lui-même et pour lui-même, au terme d’un combat solitaire. Et contre qui a-t-il à livrer ce combat ? Contre lui-même, ou plutôt contre ce qui en lui s’oppose à cette libération. » 
Otto Weininger

lundi 10 octobre 2011

New Template

Blogger ayant procédé à quelques modifications dans son code source, je me suis trouvé dans l'obligation de modifier le template de ce blog qui ne ne s'affichait plus correctement, générant des bugs, dans les widgets en particulier. Le 26 février 2009, j'avais codé, dessiné et publié le template qu'il m'a fallu corriger cette nuit. Si le design est actuellement assez proche du précédent, pas mal de détails, comme l'encadrement des images, diffèrent. Je pourrais, en y passant un peu plus de temps, me rapprocher encore de l'ancien template design, en recodant quelques lignes, mais je me dit qu'un peu de changement ne fera pas de mal à ce blog et m'incitera peut-être à augmenter la fréquence des publications sur Horizon qui est tombée bien bas.

dimanche 9 octobre 2011

Dimanche


Lost Weekend by Art Brut

vendredi 23 septembre 2011

Automne

Depuis quelques minutes, nous avons quitté l'été. Depuis 11:40 AM CEST, nous sommes en automne.

dimanche 11 septembre 2011

BBL est partie

Voilà, BBL est partie dans l'après-midi. Elle n'est pas encore arrivée. Comme toujours, le TGV a pris près d'une heure de retard. Mes animaux et moi, un peu désemparés, nous devons redéfinir nos territoires. Sans BBL, nos existences ne sont plus tout à fait les mêmes.

vendredi 9 septembre 2011

BBL Anniversaire

Une année de plus pour BBL qui repartira très bientôt à Angers. Les vacances sont finies. L'été n'en a plus que pour quelques jours d'existence. Je le laisserai partir sans regrets. Je n'ai pas aimé cet été. Seule l'arrivée de Saki, il y a presque un mois, maintenant, restera ancrée dans ma mémoire.

dimanche 28 août 2011

Territoires

Voici deux semaines que Saki fait partie de la famille. Deux semaines qui ne se sont pas passées sans difficultés, puisque Pat et Schnoo ont du redéfinir leurs territoires dont les limites étaient totalement inconnues pour Saki. Celle-ci gambadait, au cours de la première semaine, dans tout l'appartement sans se préoccuper des frontières invisibles mises en place, fin novembre 2010, par ses deux aînés, après que Schnoo fut arrivée épuisée au 205, alors que Pat y était déjà confortablement installé depuis sept mois. Inévitablement, quelques bagarres ont éclaté. Heureusement pour elle, la petite Saki est d'une rapidité prodigieuse : ses merveilleux réflexes lui ont permis d'éviter, en grande partie, les nombreux coups de griffes qui lui étaient destinés, particulièrement ceux de Schnoo, la plus intransigeante quant à l'observation des bonnes manières. En une dizaine de jours, Saki s'est progressivement pliée aux règles imposées par les adultes. Il y a deux jours, la chute soudaine des températures tropicales, que nous subissions depuis dimanche dernier, a sûrement joué sur le comportement de mes animaux, car leurs relations se sont singulièrement améliorées. Bien sûr, tout n'est pas encore rentré dans l'ordre, mais BBL et moi ne sommes plus obligés de jouer les casques bleus et d'intervenir régulièrement, dix fois par jours, pour ramener la paix. Surtout, les nuits sont beaucoup moins mouvementées, ce qui me permet, de nouveau, d'aligner quelques mots sur les blogs dans la journée.

lundi 15 août 2011

Réfugiée

Hier, en fin d'après-midi, une voisine a téléphoné à BBL pour lui dire qu'elle avait vu passer dans son jardin un chaton qui lui semblait abandonné. Dix minutes plus tard, BBL remontait au 205, les bras chargés d'une petite femelle âgée d'environ deux mois. Ce qui n'a pas vraiment fait la joie de Pat et Schnoo, pas très contents de voir un petit animal empiéter sur leurs territoires. La nuit fût un peu agitée.chatonIl est très possible qu'on ne retrouve jamais le pauvre imbécile qui a mis ce petit animal à la porte. Ce qui est l'hypothèse la plus probable, car personne dans les alentours n'a entrepris de faire savoir, par voie d'affichage, qu'un chaton s'était échappé. Ce matin, je suis déjà persuadé que cette petite femelle ne nous quittera plus. Il ne reste plus qu'à lui donner un nom.

dimanche 24 juillet 2011

You know I am no good

Temperature: 20.2°C | Humidity: 44% | Pressure: 1013.1hPa (Steady) | Conditions: Clear | Wind Direction: NW | Wind Speed: 6.4km/h. Il fait froid. J'ai l'impression que l'automne est déjà là. Ce qui ne me déplaît pas, puisque l'automne est la saison que je préfère. L'Europe est en émoi depuis hier : un type a descendu, à coups de fusil, près d'une centaine de personnes en Norvège. Cet événement me laisse complètement indifférent en comparaison de l'annonce de la mort d'Amy Winehouse, hier, en début d'après-midi. Évidemment, l'existence de cette excellente artiste ne pouvait pas trouver de meilleure issue. Tout est donc bien ainsi. Pourtant, Amy me manquera. Je suis certain qu'elle n'était pas aussi mauvaise fille qu'elle le prétendait : You know I am no good.

mercredi 20 juillet 2011

Ennui

Ça ne m'arrive que très rarement, mais c'est pourtant ce qui est en train de se produire en ce moment : je m'ennuie ! Je ne sais pas quoi faire pour m'occuper. Je n'ai surtout rien envie de faire ; pas même envie de terminer Et ce sont les violents qui l'emportent de Flannery O'Connor. Il faut dire que j'ai pris l'habitude de ne lire vraiment qu'au lit, une heure ou deux avant de m'endormir, et quelques fois dans l'après-midi, quand Pat insiste pour que je lui tienne compagnie pendant qu'il fait sa sieste. Et, ceci, parce que je passe le plus clair de mon temps face à un écran de PC, cette machine qui me dicte mon comportement, qui régule ma vie ; pire : un appareil d'aspect ridicule, aussi anodin, par ses formes, qu'une vulgaire boite de pâtisseries avec son couvercle relevé, mais bourré de composants électroniques, un banal objet de fabrication industrielle qui a mis mon existence à son service. Fréquemment la tentation de détruire cette machine me traverse l'esprit. Plus d'une fois, j'ai failli céder à cette pulsion pour me libérer de son emprise. Je ne l'ai jamais fait, persuadé que ma simple volonté me permettrait d'y parvenir. Tu parles ! Enfin, pour l'instant, je n'en suis pas là. Je ne compte pas bousiller mon PC. D'autant plus que je sais pertinemment qu'un autre de ces maudits appareils viendrait rapidement le remplacer : je ne résisterai pas longtemps à faire l'acquisition d'une nouvelle machine. Ainsi, dans l'immédiat, je n'ai rien trouvé de mieux que de faire un billet pour tromper mon ennui, en attendant de me trouver une meilleure occupation.

mardi 19 juillet 2011

Camping

Bulletin météo de 12:44 AM : Temperature: 21.8°C | Humidity: 48% | Pressure: 1005.3hPa (Steady) | Conditions: Clear | Wind Direction: NNW | Wind Speed: 16.1km/h. J'ai été obligé de mettre un pullover. Je crois que c'est la première fois que je porte un tel vêtement au mois de Juillet, à Montmerdier.voie romeineSur toutes les radios nationales, on entend des vacanciers pleurnicher, surtout ceux qui ont eu la bonne idée de s'installer dans un camping. Seuls les Allemands ne semblent pas mécontents et passent le temps en jouant tranquillement des airs de bossa nova : This is where we live.

lundi 18 juillet 2011

Stay Cat Strut

Quand je veux instruire mes animaux, je leur parle des quadrupèdes humains. Je leur raconte ce que je sais sur cette espèce de mammifère, qui se place au-dessus de toutes les autres créatures, prête à démolir la planète et à foutre la merde, quelque soit l'endroit qu'elle foule de ses gros sabots, même sur la Lune et plus loin encore, si elle en avait un jour les moyens. Pat écoute mes histoires avec grand intérêt, même si, de temps en temps, il ne peut s'empêcher de lever la tête au ciel en roulant de grands yeux effarés. Schnoo ne supporte que rarement mes récits, descriptions, explications, jusqu'au bout. Généralement, après m'avoir écouté quelques minutes, elle se bouche les oreilles et m'implore de raconter des histoires moins effrayantes. Elle ne supporte pas l'idée que je puisse appartenir à cette engeance si malfaisante. Pat essaye de la rassurer en lui expliquant que certains spécimens de la race humaine se démarquent totalement du troupeau, qu'ils ont un comportement vraiment différent de l'ensemble de cette calamité survenue très récemment sur la Terre, et qui a proliféré, de façon inexplicable, suite à l'étonnante survivance d'un résidu de fausse couche, conséquence d'un accident subi par une jeune et pacifique femelle de grand singe in illud tempus. Pat me cite en exemple, ainsi que BBL, pour démontrer à Schnoo qu'il y a au moins deux exceptions parmi cette foule de tordus, cette sous-catégorie du règne animal, communément appelée Humanité avec un grand H. Ce qui rassure tout de même un peu cette pauvre petite Schnoo. Alors Pat insiste, il lui parle de cette dame que Schnoo a connue, une pharmacienne qui a recueilli le cousin Vladimir, et bien d'autres animaux encore. Pat cite aussi en exemple d'autres humains exceptionnels, de grands poètes, comme Théodore de Banville, Baudelaire ou Bukowski. Il déploie des trésors d'intelligence pour rassurer Schnoo et finit toujours par dissiper ses craintes en lui faisant remarquer que quelques hommes ont oeuvré pour le bien des félins, qu'ils ont inventé les croquettes et les boites de petits pâtés, ainsi que les couettes épaisses et moelleuses ou bien les petites balles en mousse colorée qui rebondissent en tous sens. Enfin, pour être certain que Schnoo ne fasse pas de cauchemars, je parle de musique à mes animaux - Pat et Schnoo adorent ça - et leur raconte le concert des Stay Cats au Rockstore, l'ambiance sur la scène et dans la salle quand le groupe s'est mis à jouer Stay Cat Strut.
Howling to the moonlight on a hot summer night
Singin' the blues while the lady cats cry,
"Wild stray cat, you're a real gone guy."

samedi 16 juillet 2011

Pas loin

Je ne peux pas dire que la journée, qui est sur le point de s'achever, fût très bonne, mais pas mauvaise, non plus. En réalité, je ne l'ai même pas vue passer. Pat qui m'a levé, vers six heures, ce matin, n'a pas tenu compte du fait que j'avais lu jusqu'à deux heures. Aussi, depuis que je suis debout, j'ai un peu de mal à avoir les idées claires. Je n'ai donc pas fait grand chose, mis à part écrire le précédent billet et avoir passer un petit moment sur Twitter. Je pensais pourvoir en écrire un second dans la journée, mais en entamant celui-ci, j'ai tout de suite compris que je n'irai pas loin. Tellement "pas loin" que j'arrête d'écrire ici et maintenant.

Sans vacances

Ce n'est qu'au début de ce mois-ci que je me suis plongé dans la suite de l'oeuvre de Flanney O'Connor, alors que je pensais déjà lire tous ses écrits dès le mois de mars. Ce matin, j'en suis à la 390ème page. Je lis, depuis hier, dans la nuit, son deuxième roman : Et ce sont les violents qui l'emportent ; il est question du jeune Tarwater qui vit sous l'emprise de son grand-oncle fou et soi-disant prophète. La Sagesse dans le sang, le premier roman de Flannery, lu précédemment presque d'une seule traite, est tout simplement excellent. L'histoire d'Hazel Motes, qui a fondé une église sans Christ et qui prêche, non pas dans le désert, mais à la sortie des salles de cinéma, est envoûtante. Ceci explique, en partie, pourquoi je passe beaucoup moins de temps à mettre à jour mes blogs. BBL qui pensait lire Les Fous du roi de Robert Penn Warren, pendant sont séjour à Ajaccio, a finalement renoncé à cette idée : elle a encore trop de travail pour se consacrer à la lecture d'un roman. Pour elle, les vacances n'ont pas encore débuté. D'ailleurs, BBL se passera peut-être même de vacances cette année. Pat, c'est sûr, ne prendra pas de vacances : il ne veut faire aucune pause dans sa quête, soit la perfection dans l'Art de la Sieste. Inlassablement, il s'entraîne et met en pratique de très belles techniques, comme celles qui lui ont été enseignées pas les matous mexicains, lors de notre séjour à Puerto Escondido. Pat travaille sans relâche. Quant à Schnoo, elle pense que l'été est une bonne période pour se laisser aller à la méditation, en s’allongeant lascivement sous les caresses du soleil qui inonde le balcon tous les matins. Sauf qu'elle ne médite pas toujours très longtemps : Pat, ne supportant pas l'idée qu'elle puisse attraper bêtement une insolation, la force régulièrement à prolonger ses extases méditatives à l'ombre, sur le tapis, à l'intérieur de l'appartement. De mon côté, j'aime que les quadrupèdes humains soient en vacances : la résidence est quasi déserte en ce moment, tous les bourrins de la création se sont agglutinés sur les plages puantes de la région. De temps à autres, quand j'y pense, je prie pour un petit tsunami.

mardi 5 juillet 2011

34.8°C avec 22% d'humidité

Bizarrement, alors que le soleil commençait à décliner, la température est brusquement montée de quelques degrés, pour atteindre les 34.8°C avec 22% d'humidité, à 07:56 PM, selon les relevés de Weather Underground. Et comme ces relevés sont faits à l'aéroport de Fréjorgues, je suppose que la température en ville, sur Montmerdier, devait être encore un peu plus élevée. Mes animaux se déplacent avec lenteur, à la recherche du meilleur endroit pour faire la sieste, celui où s'écoulera un léger courant d'air, là où le carrelage semblera le plus frais.voie romaineLe vent est maintenant complètement tombé, la température n'est plus que de 32.8°C. Je dois me faire un peu vieux parce que je ne trouve pas cette chaleur bien agréable, même si ça ne me dérange pas plus que ça. Dans un passé encore récent, lorsqu'il arrivait que, dans ce maudit pays, la température franchisse la barre des 35°C, j'étais plutôt content : ça me rappelait le bon temps, celui de ma jeunesse, quand il était fréquent que le thermomètre affiche 45°C, au coeur de l'été ; lorsque le Chergui venant de l'est soufflait un air brûlant sur la plaine de Meknes. Mais ce soir, je ne suis pas plus heureux que ça. Cette chaleur atmosphérique n'évoque aucun souvenir particulier. Je n'ai d'ailleurs pas envie d'y penser. Il ne fait que 18.8°C à Angers. Je vais appeler BBL pour lui parler de tout ça.

jeudi 30 juin 2011

15

Sugar-Boy conduisait la Cadillac et faisait plaisir à voir.

14

Je ne pouvais pas clôturer la publication de billets en juin, sur Mauvaise alimentation, treizième post du mois. Je ne suis pas superstitieux, mais prudent. Il me faut donc écrire et mettre en ligne un billet de plus avant minuit, avant que le compteur mensuel ne retombe à zéro. Comme une vingtaine de mp3 sont encore en sommeil sur mon serveur, j'édite You go away, une ballade chantée en russe par Anna Antipova, leader du groupe UGO. Ce morceau n'est pas terrible, sans être vraiment mauvais. Je ne sais pas trop pourquoi, je l'avais rangé dans le dossier de mp3 à mettre en ligne. Probablement parce que j'aime les sonorités de la langue russe. En tout cas, il me permet de fournir, ce soir, un contenu à ce billet. Je ferai mieux en juillet.

Mauvaise alimentation

J'ai réussi à publier, sur SCH 2009, Télévision, un billet qui comporte 5923 caractères. J'ai pianoté sur le clavier avec l’énergie du désespoir, celle qu'un médecin urgentiste doit développer pour sortir un patient qui menace de passer l'arme à gauche. SCH 2009 tombait d'inanition. Ce blog souffre cruellement d'une très mauvaise et irrégulière alimentation ; Télévision est le seul billet posté en ce mois de juin. Aussi, j'espère que cette publication lui tiendra au ventre jusqu'à la prochaine édition.

mercredi 29 juin 2011

Over the flats

La journée se finit dans le calme. BBL est en train d'imprimer une lettre de motivation. Schnoo fait sa toilette sur le balcon pendant que Pat liquide subrepticement les restes qu'elle a laissés dans sa gamelle.voie romaine bat. AAvant que la nuit ne soit tombée, j'ai photographié le bâtiment A.
Over the flats, une vieille chanson écrite par Marc Bolan, m'est revenue en mémoire. T-Rex, l'un des meilleurs groupes qui n'ait jamais vécu.
I was dragged here from my own place,
turned from my old gang, given a new face.
Ce sera tout pour aujourd'hui.

mardi 28 juin 2011

Au mélomane inconnu

Depuis jeudi dernier, BBL est de retour. Ce qui explique en partie, le fait que je n'ai pas écrit pour Horizon cette semaine. En effet, je ne vois pas qui, en dehors des personnes qui me connaissent, pourrait être vraiment intéressé par ce qui je publie ici, étant donné que la plupart des billets ne font qu'évoquer mon quotidien et celui de mes animaux, particulièrement, quand BBL est absente. Et, de toutes façons, comme Google Analytique me renseigne en partie sur l'identité des lecteurs de ce blog, je sais donc que, mis à part ma chérie, qui me lit depuis sa terre d'exil, personne de mon entourage immédiat ne fait attention à ce que je peux publier sur Horizon ou sur quelque blog qui soit. C'est bien pour ce motif que Horizon peut rester en rade lorsque BBL est à la maison : ce blog perd alors une bonne part de sa raison d'être. La seule publication qui pourrait intéresser un inconnu, échouant par hasard ici, c'est l'écoute des mp3 que je mets parfois en ligne. Et, encore... Mais bon, en admettant que quelqu'un, ayant du goût pour la musique, passe dans le coin, ce soir ou demain, j'aimerai qu'il puisse repartir en ayant en mémoireLonely last summer, une agréable mélodie créée en 2003 par The Carolines, un groupe éphémère disparu depuis, mais que Schnoo aime beaucoup parce que ce morceau coïncide, plus ou moins, avec son année de naissance. Par ailleurs, j'ai fait un petit résumé, intitulé : Mises à jours, qui donne une idée de mes autres activités en ligne récentes.

mardi 21 juin 2011

Sociabilité d'été

La Fête de la Musique, ou comment gâcher d'emblée le premier jour de l'été, la nuit la plus courte de l'année. Je ne me plains pas trop parce que les relents du bordel, qui se déroule un peu partout en ville, ne me parviennent que sous la forme assourdie d'un lointain brouhaha. Mais, je ne me réjouis pas trop vite d'être en marge de ces "festivités" à la con, parce qu'il est encore tôt, et qu'il n'est donc pas impossible que les borrachos du quartier réussissent à foutre leur merde dans le secteur. Pour le moment, ce sont surtout les sirènes des ambulances, flics et pompiers qui perturbent le plus cette première soirée d'été. La nuit n'est pas encore totalement installée, le ciel, assez nuageux, est encore légèrement lumineux. Putain de quadrupèdes humains, obligés de se tenir le nez coincé dans le cul du voisin, pour se donner l'illusion d'être heureux ! Ils appellent ça : sociabilité.

lundi 20 juin 2011

Belle journée

Je pensais poster un billet pour marquer la fin du printemps, mais je n'ai rien à dire ; sinon que cette saison s'achève sur une très belle journée. Je pourrai mettre en ligne un morceau de musique, mais j'ai la flemme de copier/coller le code HTML indispensable pour cette opération, même si ça ne me demande pas plus de deux ou trois minutes. Peut-être que l'été me donnera l'occasion d'écrire de façon plus consistante... demain.

mercredi 15 juin 2011

Multis Tribulationibus

Pour passer le temps, en attendant que la lune se lève, je discute avec Pat et Schnoo d'un volumineux ouvrage, intitulé "Lignum vitae, Ornamentum et decus Ecclesiae", dont l'un des passages, est dénommé "Prophetia S. Malachiae, Archiepiscopi, de Summis Pontificibus". On s'attarde un peu sur la 112e prophétie de Saint Malachie qui dit la chose suivante : "Dans la dernière persécution de l'Église Chrétienne siégera Pierre le Romain, qui fera paître ses brebis à travers de nombreuses tribulations. Celles-ci terminées, la cité aux sept collines sera détruite, et un Juge redoutable jugera son peuple". Comme Pat et Schnoo n'entravent pas grand chose aux problèmes liés à la chrétienté, je leur résume l'histoire ainsi : le cent-onzième pape, c'est-à-dire Benoît XVI, serait le dernier avant le pape Pierre le Romain, dont le règne mouvementé aboutira à la fin de Rome et de la chrétienté. Pat et Schnoo, se tordent de rire, parce que, même s'ils ne sont pas très catholiques, il savent parfaitement qu'aucune des prophéties de Nostradamus ne s'est jamais réalisée, qu'il s'est toujours planté ; alors, les histoires de ce Saint Malachie, sortie d'on ne sait où... Pat pense que les humains sont vraiment des animaux stupides, prêts à croire à n'importe quoi. Schnoo dit qu'il n'existe d'ailleurs qu'un seul véritable prophète, un seul qui ne se soit jamais trompé, celui dont Nietzsche chante les louanges : Zarathoustra. Pat est d'accord avec elle. Il ajoute que, de toutes façons, Dieu est mort, que la lune ne se lèvera pas ce soir, et qu'on ferait mieux d'aller manger puis de se coucher. Je ne peux que donner raison à Pat et Schnoo. La fin du monde est déjà depuis longtemps derrière nous et, c'est sûr, la lune ne se lèvera pas ce soir. Encore une illusion créée par la firme Google News et ses cyberprophètes.

mardi 14 juin 2011

lundi 13 juin 2011

Ecrire

Une grande partie des billets, mis en ligne sur Horizon, ont été rédigés en soirée, souvent aux environs de 11:00 PM. Ce n'est probablement pas la meilleure heure pour écrire, parce que c'est le moment où la fatigue commence à se faire sentir. Malgré le fait que rien ne m'oblige à blogguer si tard dans la journée, je suis enclin à attendre que la nuit soit tombée pour pianoter sur le clavier du PC. J'imagine que c'est, d'une certaine façon, un moyen d'évacuer les tensions de la journée et de la clôturer, sachant que le production d'un billet est certainement l'acte qui me demande le plus d'efforts au quotidien. Écrire un texte d'environ mille cinq cents caractères, comme cela m'arrive, mais de moins en moins souvent, pour SCH 2009, relève alors carrément de l'exploit. Une chose est sûre : Marc Lévy et Guillaume Musso peuvent dormir tranquilles, ce n'est pas moi qui les reléguera aux second et troisième rangs de la grande et belle littérature française contemporaine.

dimanche 12 juin 2011

Température : 20°C

Je ne voulais pas me coucher sans avoir mis en ligne deux ou trois mots, et même un petit peu plus, quitte à écrire n'importe quoi. Comme je commence, non pas à tomber de sommeil, mais à être fatigué, je vais me contenter de coller le dernier bulletin météo, celui que Weather Underground a publié à 11:00 PM : Temperature: 20°C | Humidity: 37% | Pressure: 1018hPa (Steady) | Conditions: Clear | Wind Direction: NW | Wind Speed: 18km/h. Voilà, c'est fait. Je peux aller me mettre au lit, ma conscience de blogger en paix.

vendredi 10 juin 2011

Homesick Blues

De temps en temps, je charge quelques mp3 sur mon PC. Je le fais de moins en moins souvent parce que je ne prends pas toujours le temps d'écouter attentivement la musique téléchargée au fil des ans. Ce que j'aime, avant tout, c'est découvrir de nouveaux groupes, et, heureusement, de nombreux artistes mettent gratuitement à disposition des internautes quelques extraits d'album représentatifs de leur travail. Il suffit de fouiller un peu le Web, de repérer les sites les plus intéressants qui font la promotion de musiciens. J'ai donc récupéré ce matin quelques morceaux produits par des artistes qui m'étaient jusque là inconnus. Après avoir lancé foobar2000, j'écoutai distraitement ces nouveaux groupes, tout en lisant les journaux en ligne. Un morceau a attiré mon attention. Je l'ai fait rejouer pour mieux l'écouter, et, effectivement, ça sonnait bien. Ce morceau a donc rejoint sur mon serveur, la cinquantaine de mp3 que je projette de mettre en ligne depuis des mois, mais sans m'en donner la peine. Pour Homesick Blues de Never Shout Never je ne tarde pas plus. Ce groupe formé, en 2007, par Christofer Drew et cinq autres adolescents, a certainement un bel avenir dans le monde musical américain. Pat et Schnoo, qui ont aussi apprécié la musique de Never Shout Never, sont du même avis. Il ne reste plus qu'à BBL de nous dire ce qu'elle en pense.

mercredi 8 juin 2011

Barbarie

BBL est repartie pour Angers, hier, dans l'après-midi. Elle reprenait le travail ce matin. Alors, mes animaux et moi, nous reprenons graduellement le rythme habituel des jours sans BBL : sieste/repas/sieste. Il a pourtant fallu que je sorte un moment, puisque H. m'avait donné rendez-vous dans l'une des impasses qui mènent à la résidence. Elle devait me remettre un remède pour les oreilles de Pat, mais passait en coup de vent. Je me suis muni de mon Nikon pensant que H. ne serait probablement pas à l'heure.figuier de barbarieFaire quelques clichés m'aiderait à passer le temps en attendant son arrivée. Dans l'impasse, un figuier de barbarie commençait à fleurir. Ça ne se produit pas tous les ans. J'ai donc fait trois photos du figuier et une quatrième qui montre la sortie de l'impasse. Je n'en ai pas fait plus : H. était à l'heure.figuier de barbarieJe suis rentré avec des images et des antibiotiques. Pat et Schnoo était content de voir le figuier et l'impasse en photos. Pat ne sait pas encore qu'il va falloir que je le soigne, qu'il va se retrouver avec du produit dans les oreilles. Je ne lui ai rien dit. On verra ça demain.

vendredi 3 juin 2011

Graphomanie

C'est le deux cent soixantième billet que je fabrique pour Horizon. Par ailleurs, juin correspond au mois qui marque mes débuts sur Blogger : en 2004, peu avant la fin du printemps, je publiai mon premier post sur cette plate-forme. Je ne sais pas exactement combien de billets j'ai pu publier en sept ans sur Blogger ; je sais seulement que ça se compte en milliers. Ce qui me surprend le plus, c'est que je n'ai jamais vraiment interrompu mes publications, sinon pour une période qui a duré environ deux mois, quand, fin décembre 2007, j'ai écrasé tous mes blogs. Bien que je ne cherche plus depuis longtemps à ce mes billets soient commentés, ou même lus, je n'ai jamais réellement envisagé de mettre un terme définitif à cette activité. Pire, j'ai l'impression que ma journée n'a pas été bien remplie, si je coupe mon PC pour la nuit en sachant que je n'ai rien mis en ligne. Alors, quitte à écrire, comme ce soir, n'importe quoi, je dois me procurer le sentiment illusoire du devoir accompli.

mercredi 1 juin 2011

Montmerdier

BBL est de retour à Montmerdier depuis Lundi soir. Elle espérait retrouver le climat sec et ensoleillé, seul avantage de cette maudite région. Mais BBL n'a pas de chance : aujourd'hui, à 04:00 PM, le thermomètre affichait 14°C. Pat, qui s'était précipité sur le balcon ce matin, juste après le petit déjeuner, a aussitôt fait demi-tour vers l'intérieur en hurlant, choqué qu'il puisse faire si froid. Schnoo, qui n'a pas quitté le canapé de toute la journée, m'a demandé de rallumer le radiateur. Rien ne va plus dans ce sinistre pays.

vendredi 27 mai 2011

Extermination

C'est sûr, je n'ai rien d'un grand humaniste, je me sens souvent proche de Cioran pour qui, lorsqu'il descendait dans la rue, "extermination" était le premier mot qui lui venait à l'esprit. Après m'avoir lu, BBL m'a fait remarquer que j'étais un peu dans l'excès, et je dois avouer que le billet précédent est légèrement cruel vis à vis de mes voisins. Tous ne méritent pas de finir sur une civière, dans la salle d'attente des urgences de l'hôpital. Seulement un peu plus de la moitié ! Ceux qui n'aiment ni les chats, ni les arbres. D'ailleurs, bizarrement, je n'ai pas vu les locataires et les co-propriétaires se réunir dans le parc, ce soir ; alors que, depuis des années, ils n'avaient jamais omis de se livrer au rituel de la fête du voisinage. Je ne pensais pas que mes voisins étaient aussi nombreux à lire mes blogs.

C'est la fête !

Quand ce matin, j'ai appris sur Twitter que la Fête des voisins devait se tenir aujourd'hui, j'ai réuni Pat et Schnoo dans la cuisine en leur demandant de penser au plat que nous nous devions de préparer pour participer pleinement à ces merveilleuses festivités. Nous avons d'abord pris conseils, par téléphone, auprès de BBL. Puis nous sommes très vite tombés d'accord sur le menu. Il nous suffisait de préparer une gigantesque salade de concombres sauce Escherichia coli. Par chance, le marchand de légumes andalous nous a rapidement livrés. Deux heures durant, Pat, Schnoo et moi, nous avons épluché, découpé, assaisonné, bien cuisiné. C'est fait ! En attendant que la fête commence, nous nous laissons aller à rêver ; nous imaginons déjà le ballet des ambulances, au coeur de la nuit, dans la résidence. Vive la fête !

mardi 17 mai 2011

Oldies

J'ai passé beaucoup de temps, ces derniers jours, à scanner de vieilles photos tirées sur papier, puis à améliorer les reproductions numériques.
A l'aide de Retoucher, un filtre Photoshop spécialement conçu pour se débarrasser des rayures, tâches, poussières incrustées dans la couche argentique, j'ai restauré avec succès les vieux clichés scannés.espagneJe m'étais lancé dans cette opération au début du mois, en commençant par cette image, mise en ligne sur Somewhere, qui doit avoir une trentaine d'année. Celle intitulée Welcome, est plus récente : elle date du milieu des années 90. Idem pour une photo de BBL qui a été faite à la même époque. Pat et Schnoo n'étaient pas encore nés. Ils ont donc découverts ces images avec grand intérêt.magueloneJe suis surtout très content d'avoir retrouvé et restauré, une image qui a plus de quarante ans : un beau portrait de Rita, mon premier animal à sang chaud. Avant Rita, tortues et crapauds étaient mes animaux de compagnie préférés. Quand il a pris connaissance de l'existence de Rita, Pat, un peu perturbé, s'est retiré dans la chambre pour écrire un nouveau chapitre à insérer dans son roman familial. Mais, l'effet de surprise passé, Pat est encore plus fier d'appartenir à une si noble lignée, de compter une bergère autrichienne, des tortues et des crapauds dans sa famille. D'autres photos seront bientôt publiées.

samedi 14 mai 2011

Blogger FAIL

Blogger était en panne vendredi 13. Entre minuit et cinq heures de l'après-midi, il était impossible d'éditer un billet ou bien de laisser un commentaire sur aucun des blogs de cette plate-forme. Pour passer le temps j'ai ouvert, HETEROTOPIA, sur WordPress. Et puis les choses sont rentrées dans l'ordre. Ce qui m'a permis d'ajouter quelques photos et un texte sur GTK 751 et une photo et un texte sur Somewhere. Mais cette panne a un peu cassé mon élan : aujourd'hui, je n'ai pas pu rédiger quoi que ce soit qui vaille la peine d'être publié. Et, il est, maintenant, un peu trop tard pour espérer écrire un billet plus ou moins valable. Je rapporte ça à demain.

mercredi 11 mai 2011

Massacre

Depuis deux jours, BBL est repassée au nord du 47ème parallèle. BBL est partie le jour où ces connards de jardiniers ont commencé à abattre les pins qui marquaient la limite sud de la résidence. Ces connards de co-propriétaires se plaignaient du fait que la résine des pins puisse tâcher les carrosseries rutilantes de leurs si précieuses voitures. Ils ont réussi à convaincre une majorité de crétins qui a voté, lors de la dernière réunion du syndic, pour l'abattage d'une dizaine de pins. Le massacre à la tronçonneuse a duré deux jours. Que la malédiction accable de mille maux de cette majorité d'enculés ! Cette triste affaire a, depuis, occupé mes pensées. Ce qui fait que je n'ai rien fait pour mes blogs, sinon répondre à Margaux sur SCH 2009 et posté quelques photos sur Mikkado. Ce microblog compte dorénavant plus de 900 images. La première de ces images est une photo de mon petit Zorro qui date du 14 mai 2007. Depuis Zorro est mort, empoisonné par l'un des représentants de la putain de race de massacreurs d'arbres qui ne supportent, pas non plus, qu'un animal puisse laisser des traces de pattes sur la peinture d'une voiture. Quand je pense que cette engeance de merde constitue la majorité de la population... Enfin... BBL repartie, Pat et Schnoo et moi, nous devons faire en sorte que la routine reprenne le dessus : dormir/manger/dormir.

jeudi 5 mai 2011

Nirvana

Pat pense que, parce que les chats dorment vingt heures par jour, les humains, ces animaux bizarres n'ayant vraiment rien en commun avec la noble race des chats, ne peuvent certainement pas avoir besoin de plus de quatre heures de sommeil par nuit. Aussi, j'ai beau essayé de lui expliquer que je ne suis pas un humain comme les autres, que, malgré mes apparences, je suis plus proche du chat que de n'importe quelle autre créature à deux pattes, Pat reste sceptique. Même si je ne me suis endormi qu'à trois heures du matin, et que je lui demande avec insistance de ne pas me lever en miaulant dans mes oreilles, dès que la nuit pâlit, Pat est sans pitié : aux premières lueurs du jour, il colle son museau contre ma tête et pousse de petits cris stridents. Plus on approche du solstice d'été, plus le soleil se lève tôt, plus je manque de sommeil. Pat s'en fout ! Il estime que, parce que je me tiens debout sur deux pattes, comme n'importe quel volatile, je n'ai qu'à me coucher à l'heure des poules. J'explique à Pat que les poules ne tiennent pas de blogs, qu'elle sont libres de se mettre au lit avant la nuit, et que, de mon côté, je n'écris qu'une fois la nuit tombée. Rien n'y fait. Pat reste fidèle à sa doctrine disant que l'avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt. Et, ceux qui se lèvent tôt doivent avoir, dès l'aube, du bon pâté dans leur gamelle. Il est quand même d'accord sur le fait que je ne sois pas une poule, puisque j'ai des mains. Mais, il est persuadé que, si la nature m'a doté de deux mains, c'est parce que je dois me lever de bon matin pour lui ouvrir les barquettes de petits pâtés Sheba que je ramène toutes les semaines du supermarché. Pat prétend que si je n'avais pas fait le con dans une vie antérieure, je ne serais pas obligé de me lever aux aurores, tous les jours, pour remplir sa gamelle ; mais que j'aurais peut-être eu la chance d'être réincarné en chat, ou, avec un peu moins de chance, en poule, mais certainement pas en humain, la dernière race après les crapauds. Je crois que Pat a raison. Je dois me résigner à sortir du lit tous les matins, à ouvrir les boites de Sheba sans rechigner, pour espérer gravir plus vite le chemin qui mène au Nirvana des Chats. Pat est mon guru bien aimé !

mercredi 4 mai 2011

Passa la vida

Je me fais vieux. Je perds la mémoire. J'ai oublié que Mouinti fêtait son anniversaire aujourd'hui. C'est la première fois que cela se produit en un demi siècle. Elle était étonnée de ne pas m'avoir eu au téléphone, plus tôt, dans la journée. Je n'ai pu que lui donner pour excuse le fait que je ne savais même pas qu'on était déjà en mai. Ce qui est en partie vrai, parce qu'il y a longtemps que je ne fais plus attention à la date à laquelle nous sommes. Si les dates ne s'affichaient pas sur les blogs que j'alimente régulièrement, je crois que je ne les remarquerais presque jamais ; mis à part celles correspondantes aux jours où BBL rentre du Grand Nord, lorsqu'il me faut aller la chercher à la gare. Au fil des ans, le temps devient, pour moi, de plus en plus inconsistant.

mardi 3 mai 2011

Gros Lot

William et Kate se sont mariés, Jean-Paul est béatifié, Oussama s'est fait plomber. Autant dire que les journalistes et les bloggers sont sur les dents. Tous ceux qui se sentent capables d'aligner plus de trois mots dans un quotidien, un hebdomadaire ou sur un blog, et moins de 140 signes sur un tweet s'en donnent en ce moment à coeur joie. Ce qui m'a permis de m’éclipser de cet incroyable bordel sans me faire remarquer. J'en ai profité pour ouvrir un autre blog : Somewhere. Je donne un semblant d'explications sur Schikoto quant au lancement de ce nouveau blog.somewhereIl a plu dans l'après-midi, le temps d'un petit orage qui s'est rapidement éclipsé. BBL est allée, juste avant l'orage, remplir la grille d'un loto. Depuis, Pat et Schnoo croisent les griffes pour qu'elle touche le gros lot, afin d'acheter une hacienda de plusieurs milliers d'hectares, en plein coeur de la Patagonie, à des centaines de kilomètres du premier village.

dimanche 1 mai 2011

Célébration du travail

J'entame le mois de mai en célébrant l'anniversaire de Eikasia qui entre aujourd'hui dans sa quatrième année. C'est aussi l'occasion de publier le 250ème post sur Horizon.eikasia mai 2008Je pense que je vais finir par inaugurer sur mon Google Calendar un jour de fête, et le consacrer à la célébration du travail que j'ai déployé en sept ans sur la bloggosphere : une sorte de Premier Mai personnel. Je me demande aussi, si je ne devrais pas monter un syndicat pour prendre la défense de mes droits de travailleur bassement exploité par Blogger. A la place du muguet, une fleur de narcisse symbolisera parfaitement cet événement annuel. Pat, qui lit par dessus mon épaule ce que je suis en train d'écrire à l'écran, me dit qu'il faudra aussi penser à célébrer l'Art de la Sieste. Pat et moi, nous allons donc discuter ensemble des meilleures dates de l'année pour inaugurer deux jours de fête. Il nous faudra penser à l'aspect rituel et sacré qui devra faire de ces journées exceptionnelles des dates absolument remarquables qui deviendront, au fil des siècles, deux points de repère incontournables pour l'humanité. Je vais refaire du cafè !

samedi 30 avril 2011

Projets de conquêtes

J'ai encore trouvé le moyen d'ouvrir un nouveau blog : Me Quem Luna Solet Deducere. Je ne chercherai pas d'excuses pour expliquer ce désir irrépressible à coloniser le Web. Je crois que ça ne se comprend qu'au regard de la sourde volonté vers la puissance civilisatrice qui m'anime. Je porte en direction de la bloggosphere des projets de conquêtes dignes de l'Infante Dom Henrique, mieux connu sous de nom d'Henri Le Navigateur. Non ! Que BBL, Pat et Schnoo se rassurent, je ne me sens pas l'âme d'un missionnaire du Web. J'ai cependant découvert, à force de cogiter sur la meilleure manière d'occuper la Toile, que je pouvais encoder une page htm très rapidement en utilisant la fonction export du logiciel iDalyDiary que j'utilise quotidiennement depuis des années. Hier, j'ai donc mis en ligne une page qui donne une idée de ce que je pourrai publier si facilement. Voilà, le mois d'avril prendra fin dans très peu de temps et je ne suis pas trop mécontent de l'étendue des territoires virtuels que j'ai pu coloniser sur la Sphere au cours de ces dernières semaines.

Procrastination

Il m'a fallu réfléchir deux secondes pour savoir si le 30 avril était bien le dernier jour du mois. C'est bien le cas : il n'y aura pas de 31ème jour. Généralement, je sauvegarde en chaque fin de mois, sur un HDD externe, les dossiers que j'estime importants, ceux que j'aimerais conserver au cas où le disque dur du PC sur lequel je travaille viendrait à casser. Heureusement, c'est une opération qui ne prend pas beaucoup de temps, puisqu'au cours du mois je trie et classe régulièrement mes fichiers. Mais, comme pour toute opération technique et routinière, je recule devant la tache, la reporte à l'heure suivante. Au point de préférer en parler par écrit plutôt que de l'exécuter. Alors que ça me demanderait moins de temps que de rédiger ce billet. La procrastination est un handicap psychique à considérer avec une sérieuse inquiétude et beaucoup de compassion pour ceux qui en souffrent !

jeudi 28 avril 2011

Rien de spécial

La journée ne s'est pas trop mal passée. C'est peut-être la relecture de quelques passage du Livre de sable de Borges qui a contribué à me donner, dès ce matin, le sentiment que ce 28 avril ne serait pas à marquer d'une croix noire. BBL en a fini avec la laborieuse correction d'un de ses articles et mes animaux ont rivalisé dans l'art de faire la meilleure sieste. Ma soeur a donné de ses nouvelles par téléphone, ce qui n'était pas arrivé depuis quelques semaines. Bref, je ne vois rien de vraiment particulier à signaler. Je peux quand même rappeler, qu'hier, Simulacres s'est enrichi de cinq nouvelles images, dont Turn of the Tide. Ce sera tout.

mardi 26 avril 2011

Plus ou moins

En remontant, au fil du temps, dans la liste des billets publiés sur ce blog, je ne suis rendu compte qu'en juillet 2009 j'avais mis en ligne 37 posts. Il s'agit d'un record en ce qui concerne Horizon. Mais, je dois souligner qu'une telle quantité de publications s'était faite sans grandes difficultés, puisque les billets sont, dans l'ensemble, composés de cinq ou six phrases, tout au plus. Le billet, celui qu'en ce moment même je suis en train de composer, sera le 38ème mis en ligne depuis le début de l'année. Il m'aura donc fallu presque quatre mois pour produire autant de textes qu'en juillet 2009. Et comme le mois d'avril tire à sa fin, il est à peine envisageable de battre ce record. D'ailleurs, je déteste les records et tout ce qui ressemble à ce genres de défis. Je suis persuadé que le monde se porterait à merveille si personne n'avait en tête de faire plus que la fois précédente. Généralement, faire plus ne veux pas dire faire mieux, bien au contraire. Moi, j'aime faire toujours moins, moins que la veille, mais ça me pose un problème : celui de savoir que j'en fais toujours plus que demain. Il me faudra trouver une solution à cet espèce de paradoxe...

La nature jardine seule

Une graine apportée par le vent qui a poussé entre deux lattes de thuya - vestiges d'un échiquier que Schnoo a détruit en le faisant tomber -, une baguette chinoise, un bout de fil de cuivre gaîné de plastique rouge, un couvercle de boite de café 100% arabica en plastique noir | La nature jardine seule.

Sur ses gardes

Prendre Schnoo en photo n'a rien d'une opération facile à réaliser. Quand elle ne dort pas, Schnoo est toujours en mouvement. La vue d'une caméra, étrange objet pour elle, la rend fébrile. Par curiosité, elle se précipite invariablement vers l'objectif, rendant la mise au point particulièrement difficile. Comme le déclenchement se fait avec beaucoup de retard sur le vieux Coolpix 4500, Schnoo est hors cadre, la plupart du temps. Heureusement, Nikon, sur ses derniers modèles, a bien amélioré la vitesse de réaction du déclencheur : la prise d'une image est quasi instantanée avec le Coolpix S 8000. C'est cette caméra que j'ai utilisée, avant-hier, pour faire le portrait de Schnoo.Alors, qu'en quelques années, j'ai fait de nombreuses photos de mon petit animal, c'est sûrement cette image qui me parait la plus satisfaisante. Cette photo reflète les moments d'inquiétude dans lesquels Schnoo se trouve souvent plongée, avec le souci presque permanent de pouvoir rapidement détaller vers un abri quand quelque chose d'indéfinissable se produit dans son environnement immédiat. Même si, depuis qu'elle a trouvé refuge au 205, la vie est bien plus facile pour elle, Schnoo n'a pas complètement perdu ses vieux réflexes : elle est souvent sur ses gardes.

Eikasia

eikasiaeikasiaeikasiaeikasiaeikasiaIl y a bien longtemps que je ne produis plus rien pour Eikasia. La dernière publication date du 14 mars. Si j'ai pu me remettre récemment à griffonner quelques textes pour mes blogs, voilà pas mal de temps déjà que manque d'inspiration quant à la fabrication de planches digitales dessinées au moyen des outils Photoshop. Mais, ça ne m'inquiète pas. Un nouveau printemps viendra aussi pour Eikasia.

lundi 25 avril 2011

Hupomnêmata

Le weekend pascal touche à sa fin. Pat est un peu en colère parce qu'un orage l'a tiré de sa sieste sur le balcon. Mais, dans l'ensemble, tout va bien. J'ai réalisé dans la matinée que j'avais un blog à l'adresse deligne.blogspot.com, un autre à l'adresse blog.deligne.eu, mais pas d'adresse avec mon nom et mon prénom. Comme je ne voulais pas que, sur Blogger, cette adresse soit occupée par un homonyme - il en existe très peu, mais c'est déjà trop - , j'ai ouvert un autre blog sous l'URL : yves-deligne.blogspot.com. Je l'ai intitulé : Hupomnêmata. Selon Foucault : "Les hupomnêmata, au sens technique, pouvaient être des livres de comptes, des registres publiques, des carnets individuels servant d'aide-mémoire." On peut en savoir plus en lisant : Prokheiron. Bref ! Me voici rassuré. Il ne me reste plus qu'à le faire savoir à BBL et Schnoo, car, jusqu'à présent, seul Pat est au courant : c'est lui qui m'a conseillé de mettre hupomnêmata en titre. Merci Pat !

samedi 23 avril 2011

Schikoto

Inutile de chercher la signification de Schikoto, vous ne la trouverez pas. Seuls BBL, Pat et Schnoo en connaissent la définition. Par contre, schikoto.blogspot.com n'est pas difficile à trouver : c'est le dernier blog que j'ai mis en ligne en début de soirée. Comme je ne veux pas aller au-delà du chiffre sept, ne pas avoir plus de sept blogs sous ce profil, j'ai ouvert un nouveau blog sous l'un de mes autres profils Blogger, un compte que je n'utilisais plus depuis très longtemps. J'en donne l'explication sur le premier billet. Une chance ! l'adresse "schikoto" était libre. De plus, une recherche de ce terme sur Google ne renvoie à aucune autre adresse que celle de ce blog, mis à part un avatar sur myworld.ebay.de.

Black Cat

Parce que l'année dernière, à l'époque où Pat courait encore les rues, je fumais des Craven "A" Plain Tipped, j'ai tenu à conserver un de ces paquets de cigarettes dont les ventes ont été interrompues avant la fin de l'hiver, sachant que je le fumerai aujourd'hui, façon de célébrer cet anniversaire. Et, une autre raison s'ajoute à ce que je viens d''écrire.
Craven A est une marque anglaise qui s'est d'abord appelée "Black cat" proposée par la société Carreras établie dans City road à Londres depuis 1788. L'histoire raconte que le Comte de Craven patron de Carreras avait donné le nom de "Black Cat" à ces cigarettes en raison de la présence d'un chat noir qui rodait dans la manufacture. Les "Black Cat" devinrent les Craven A à partir de 1860 mais ont conservé jusqu'à aujourd'hui une tête de chat noir sur leur paquet.
Cet ultime paquet porte le tampon : 00F2RGMA.

Un Chat Nommé Pat-Pat

BBL est rentrée hier, dans l'après-midi. Elle a laissé les températures estivales du Pays Angevin pour les averses du littoral méditerranéen. Pat et Schnoo sont très heureux de la savoir de retour : double dose de pâté et câlins à volonté. Pat est d'autant plus content qu'il fête, aujourd'hui, sa première année d'existence confortable. Il y a tout juste un an, Pat a trouvé refuge au 205. Pour l'occasion je lui ai fait écouter The Weakerthans dont le morceau Plea From A Cat Named Virtue m'a semblé parfaitement d'actualité. Il a écouté les paroles avec attention. Quand la musique a cessé, après quelques secondes de réflexion, Pat a déclaré dans son plus parfait anglais teinté d'un inimitable accent chukchi : "I know you're strong".

Archives

Libellés

#100 #1300 #200 #2000 #260 #300 #400 #600 #700 1917 1936 1978 2002 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 205 56 A/H1N1 accident aeres afrique amazon anthropologie antidote antigone arbre architecture arpenteurs célestes art artdoxa atlantique atmosphère australie automne baudrillard behance blake blog blogger bricolage burroughs bwc c.205 café calédonie camel camion canada canon capricorne caseasauria casino cat caucase challenge chance chasse chien ciel cigale cinéma cioran citation civilisation climat clôture électrique cloud cnn cognition collage collines communication concombre cosmos craven crise dayttroter dieu doxa dragon drogues e-books écumes eikasia ello enfer epub espagne été ethnie éthologie ethos étudiants euskadi existence facebook fb fête film firefox flamenco fleurs flickr fonts france free friendfeed geek godot google groutcha gtk 751 guerre hasard heccéité histoire hiver honda horaire horizon horoscope houellebecq HP html humeur hupomnêmata iit illusions illustration immatriculation incendie insecte internet isabelle islam jardiniers jaune jazz jean jihâd journalisme jux karaté kerouac lecture liberté lifelogger limace linguistique littérature ljnslpj llids loto lune magie maroc mauriac mayura me quem luna solet deducere médias memolane ménage mikkado minox montpellier mort moustiques mp3 mqlsd mural music musil mythe neige nietzsche nikon nirvana no milk today nouméa nouvelle-calédonie noyau fondamental objects oiseau opération orage pageviews palavas pâques passage pat paysage peinture philosophie photographie photoshop pigeon pinterest pixia pizza plante pmc poésie politique pont portrait posterous printemps prison profession projet proust psychanalyse psychologie qmv racines radio ramadan reader rédaction réel religion rêves riemen rita rome rouge route russe saki scène sch 2009 schikoto schnoo schopenhauer schwartz scoop.it semaine septembre sexe shuttle sieste simulacres skyline slideshow sloterdijk sncf software somewhere songlines sonic sony soustractions souvenirs spectator sport statistiques suburbia supermarché sycomore symboles synapsida technologie température template temps tommy toshiba trainspotting travail traverses ttttl tumblr twitter uk unamuno université urbanisme usa vacances vinyle vladimir voisins voyage vue des anges vw winston yahoo youtube zarathoustra zéro zizek zorro